The Impossible Museum : prix d’architecture

En février 2018, UMA a lancé un concours d’architecture. Des propositions du monde entier sont venues illustrer l’idée du musée impossible : il fallait un bâtiment extérieur au Universal Museum of Art, un bâtiment dont l’architecture défierait les contraintes du réel et de la gravité, afin de souligner le caractère unique des expositions de UMA. Après tout, tout est possible en réalité virtuelle !

L’architecture d’un musée est l’apogée du travail de beaucoup d’architectes : on peut citer Frank Lloyd Wright et le Guggenheim, Jean Nouvel et le Louvre Abu Dhabi, Frank Gehry et la Fondation Louis Vuitton, Ieoh Ming Pei et le Louvre, ou encore Oscar Niemeyer et le Musée de Niteroi, par exemple..

Le musée, temple de l’art, devient une œuvre autonome. Il reflète et abrite l’un des plus vieux cultes de l’humanité : la contemplation artistique.

Un musée en réalité virtuelle, à vocation universelle. Un musée qui ambitionne de devenir le musée le plus fréquenté en moins de 2 ans ! Un lieu pour vivre l’art. Un lieu de partages et de rencontres. Un écrin sublime pour la création.

A l’ère du partage et du numérique, deux gagnants ont imaginé le musée de demain – un musée impossible dans la réalité physique. Ils ont défié les lois de la physique et de la gravité, et nous voulons vous présenter leur travail !

Jean-Marc FOREST (France)

La volumétrie de base est constituée de 2 formes simples identiques imbriquées et recouvertes d’une peau tramée perforée en titane.

Elles peuvent se répéter à la demande pour former des extensions (hauteur et/ou largeur).

Les espaces intérieurs sont composés de volumes cubiques de 24x24m par 30m de hauteur à aménager en salles d’exposition.

Ils sont totalement occultés pour uniquement travailler sur l’éclairage intérieur.

Ces espaces sont recouverts d’une tôle inox polie noire.

Ils sont reliés entre eux par des circulations verticales et horizontales mécaniques et également recouvertes d’une tôle inox polie noire.

L’accès aux espaces intérieurs (boutique et salles d’exposition) se fait depuis l’accueil en cliquant sur des pictogrammes ronds.

Jean-Marc Forest-UMA
Jean-Marc Forest-UMA

Viktor, Maxim et Philipp ORLOVSKY (Russie)

Un musée virtuel à vocation mondiale exige une nouvelle forme : nous avons choisi le cosmoplasticisme, idée liée à la vision pyramidale des sociétés humaines, et au concept d’harmonie planétaire. Dans la lignée de Stonehenge, des pyramides égyptiennes ou des travaux de da Vinci, Raphaël ou Dali, nous créons un espace qui laisse la place au mystère, tout en gardant des qualités esthétiques idéales.

Le musée cosmoplastique est fait d’installations cosmiques et de compositions artistiques. La sphère est un symbole de la terre vue par l’homme, tandis que le coquillage évoque l’évolution naturelle.

Les vues générales donnent une idée des éléments muséaux décrits : toutes les combinaisons d’élévation au-dessus du plateau sont possibles, pour contenir les expositions en réalité virtuelle autour d’une symbolique de vie, écologique, qui fait appel à tous les éléments: air, terre, eau, nuages, pierres, lumière…

Une promenade dans l’entrelacs de l’humain et du naturel, une excursion hors du temps compris comme espace en trois dimensions : voilà notre vision pour l’Universal Museum of Art.

Orlovsky-UMA
%d bloggers like this: