The Destiny of City Structures

Les nouvelles architectures sont-elles vouées à devenir des structures “ennuyeuses” et trop “modernes” dans nos villes ?

Il y a du verre partout ! Des panneaux de verre. Des éclats de verre. Des tours de verre.  Des cadres en bois et des cloisons revêtues de verre. Parfois, on a l’impression que nos villes sont envahies de structures modernes qui dégagent un sentiment inhumain et froid. Il ne suffit que d’une petite promenade dans ma propre ville, Londres, afin de récolter une certaine quantité de substance et d’exemples sur le sujet. C’est une ville remplie de bâtiments emblématiques comme la Cathédrale de Saint Paul, les chambres de St Pancréas, la galerie Hayward, la tour Balfron, le domaine Barbican et Butler’s Wharf, entre autres. Toutes ces structures se rejoignent afin de créer un paysage visuel diversifié, intercalé entre les nouvelles architectures. Londres a su préserver cette combinaison éclectique de sa ligne d’horizon et de ses rues de centre-ville, mais avec les technologies émergentes et de plus en plus d’opportunités de création, pourquoi nous-semble-t-il que ces nouvelles constructions ne sont toutes que des blocs de verre ? Est-ce vraiment le cas ?

London
London

Il est impossible de soutenir que les constructions expérimentales, les installations architecturales et une palette de styles diverse ne sont pas présentes et persistantes parmi nos paysages divers. De la construction prévue du One Thousand Museum de Zaha Hadid, à celles du passé éloigné et récent : les constructions de Xavier Corbero, les maisons de Frank Lloyd Wright, le musée Solomon R. Guggenheim, et les projets particuliers comme Prada Marca remplissent nos espaces de trésors visuels occasionnels. Évidemment, de nos jours, toutes les constructions ne peuvent pas être le Guggenheim de Bilbao, la Cathédrale de Cologne ou l’Empire State Building. Ces structures ne peuvent pas être infiniment reproduites- elles ont été conçues avec certains buts et utilisations spécifiques dont, dans l’intérêt de l’art, un reflet de leur époque. Elles émanent souvent de l’art au lieu des affaires, et sont conçues méticuleusement avec des contraintes- surtout monétaires.

The Empire State Building, New York City
The Empire State Building, New York City

Dans le Ted Talk de John Cary, l’architecte devenu écrivain exprime : “Une conception ou un design réfléchi permet aux personnes de se sentir respectées et vues. Je suis entré dans l’architecture parce que pour moi, c’était la création d’espaces afin que les gens puissent y vivre leurs meilleurs vies. Par contre, ce que j’y ai trouvé est une profession en grande partie déconnectée des gens, et plus directement impactée par son travail.” Nous pouvons comparer cela au discours de Frank Gehry, au sujet de son gratte-ciel de 76 étages au 8 Spruce Street, au sud de Manhattan : “Pour cet immeuble, on a essayé de créer un langage qui allait résonner avec les vieilles constructions qui nous entouraient.” Il continue : “On voulait qu’il ait une humanité que toutes ces constructions impersonnelles dans le monde n’ont pas.” Ce qui est intéressant dans les enseignements de Gehry, auxquels j’ai eu l’honneur de pouvoir participer, est sa philosophie. L’éthique de son travail est fondée sur les gens, et la manière dont ils vivent, que ce soit dans un espace résidentiel, commercial ou de loisir. Gehry essaie de créer des espaces merveilleux, pratiques, amusants, intelligents et uniques- en s’éloignant des paysages presque dystopiques vers lesquels l’architecture moderne semble se tourner. Cependant, si nous observons l’architecture dans ses avancées récentes et futures, nous pouvons constater que nous avons plusieurs nuances.

Frank Gehry’s 8 Spruce Street, Lower Manhattan
Frank Gehry’s 8 Spruce Street, Lower Manhattan

Le design qu’a élaboré Kohn Pederson Fox pour 52 Lime Street, ou le “Scalpel” à Londres, pris à sa valeur nominale est constitué de panneaux de verre et devient une autres construction “ennuyeuse”. Néanmoins, il a été conçu grâce à une ingénierie intelligente, et le plus important, avec un système de transport inter-étage efficace, qui à son tour va réduire la consommation totale d’énergie. Le processus de pensée et de conception ne manque pas à cet édifice, bien que le design nous semble être vide d’imagination. C’est donc un bâtiment simple, pratique, et intelligent- prêt a ce qu’une agence y prenne résidence.

 

D’autre part, d’autres structures contemporaines abordent l’approche moderne d’une manière différente. Les architectes MVRDV planifient de créer un bâtiment donc les façades seront totalement faites de miroirs à Esslingen, en Allemagne. C’est une cale ultra-moderne, ornée de cellules photovoltaïques qui seront utilisées pour refléter son environnement. Il sera donc possible pour les occupants de l’espace aussi bien que les passants d’interagir avec le bâtiment en 3D. C’est un concept ambitieux, hardi, de haute technologie, qui met en jeu la créativité des architectes qui élaborent des projets pour nos méga-villes, et ceux qui utilisent nos villes. Ces deux approches, quoiqu’en fin de compte toutes deux modernes, montrent les deux directions qui peuvent être prises lors d’innovations “modernes”.

London
London

Alors que les villes tendent de plus en plus envers le modèle de méga-villes, des villes durables et intelligentes, courons-nous un risque de perdre les différents arts et cultures de l’architecture?

Alternativement, dans le cadre d’une cité HLM sociale, la conception de Stefano Boeri pour un immeuble de 19 étages à Utrecht, du nom de Hawthorn Tower, sera un projet plein de feuillages et vêtu d’arbres. on trouvera 360 arbres, 9460 arbustes et fleurs vivant sur les balcons et la façade de l’immeuble, mesurant 90 mètre de hauteur. Le bâtiment lui-même se situe quelque part entre une construction des années 1970 et l’architecture structuraliste avec une inclination pour un avenir durable. Des bâtiments émergent constamment avec la société. Cette tour fait partie du répertoire d’espaces modernes mais vivables de Boeri- constitué de projets qui visent à aider à aborder le sujet de l’avenir du monde par le biais de la conception. Ce qui inclut aussi le projet ardent des “Forêts Verticales sur Mars 2117”

Certains architectes conservent toujours la tradition en adoptant une approche moderne mais moins apparemment extrême.

Les propres bureaux de Studio Air Putih sont en plein dans un quartier résidentiel dans la province de Banten, en Indonésie. Ils ont créé un refuge, un espace de travail extérieur, entoure par une variété de briques rouges et des structures en béton apparentes. Les constructions elles-mêmes varient en taille. Le minimalisme et la nature sont les deux principes clés de leur éthique de travail. En utilisant uniquement les moyens qu’ils avaient à disposition, Klaarchitectuur ont repris une chapelle en mauvais état à Limburg, en Belgique, et l’ont remodelée. Bien que la rénovation soit au cœur de ce projet de reconstruction historique, l’ajout de bureaux ressemblant à des cubes empilés irrégulièrement sur la structure de la Chapelle commence à combler cet écart entre notre vision de l’avenir de l’architecture, et son passé. Mais qu’en est-il de créer des nouvelles structures qui ressemblent aux traditionnelles? Prenons la Sagrada Familia, à Barcelone, pour exemple: alors qu’un des côtés exhibe les sculptures et gravures gothique détaillées de Gaudi, le côté le plus récent nous semble différent; un peu moins complexe. Les temps ont changé, de nouvelles règles et contraintes ont été mises en place, mais est-ce réellement plus difficile de reproduire un tel détail avec les outils et capacités des artisans modernes? Peut-être…

A Decorative Approach, Krakow
A Decorative Approach, Krakow

Aujourd’hui il nous faut plus réfléchir. En plus des éléments pratiques, les entrepreneurs de ces projets doivent aussi considérer les questions ainsi que les solutions que les agglomérations font ressortir. Il faut envisager de construire selon les règlementations, les protections structurelles contre les incendies et les permissions nécessaires pour effectuer les livraisons dans la rue, les permis pour des échafaudages spéciaux, des passages souterrains pour les piétons et la logistique : comment ferait une grue ou n’importe quel véhicule pour accéder à l’espace ? Il faut répondre à ces questions d’un point de vue pratique, mais aussi selon les nouvelles normes modernes. L’élaboration de projets plus conceptuels prend plus de temps à se développer sachant que les méthodes de construction mises en œuvre sont généralement neuves et inexercées et que les matériaux utilisés ne sont pas conventionnels.

Postmodern / High-Tech; Centre Georges Pompidou, Paris
Postmodern / High-Tech; Centre Georges Pompidou, Paris

L’architecture est un moyen de capturer le temps. L’imagination d’un architecte devrait inspirent ceux qui utilisent ces villes, et nos vies aujourd’hui ont des besoins différents. Les développements urbains tendent vers de nouveaux modes de vie plus écologiques, et les villes adoptent déjà une variété de méthodes. Ce que l’on considère “ennuyeux” en termes d’architecture moderne est subjectif, comme le sont la conception et le design en général. Les nouvelles constructions peuvent paraître hyper-stylisées et bien que les gratte-ciels et le verre ne semblent pas voués à disparaître de sitôt au sein de nos villes, la créativité fleurit- lentement, mais sûrement.

Marianna Michael est une écrivain, scénariste, directrice artistique et consultante basée a Londres, travaillant dans l’art- plus spécifiquement la mode, le cinéma, le théâtre et l’architecture. 



		
%d bloggers like this: